Ce vendredi, un fait divers impliquant encore la communauté des chasseurs vient à nouveau faire la une de l’actualité. Hier dans l’après-midi, un drame s’est en effet déroulé dans le territoire jurassien où un photographe a été abattu par le tir accidentel d’un chasseur. Au moment du tir, la victime – qu’on appellera Loïc pour préserver son anonymat – était déguisé en sanglier. Loïc était vegan, et il portait un amour tout particulier aux animaux. Il les aimaient physiquement, mais sa déviance sexuelle l’avait amené à être coupable d’actes zoophiles. Il avait eu des soucis avec un association de défense des animaux lorsque son amour pour ces derniers l’avait amené à commettre l’irréparable, on le soupçonnait en effet d’avoir violé des chèvres dans une ferme pédagogique. L’enquête a été abandonnée, les victimes n’ayant pu porter plainte.

Ces dernières années il s’adonnait à la pratique de la photographie pornographique d’animaux qui copulent dans leur milieu naturel. Une passion qui aura donc été fatale à Loïc. Après que la nouvelle ait été diffusée sur les réseaux sociaux, de nombreuses voix se sont élevées. La fédération des chasseurs entend bien défendre l’auteur du tir, un carniste de 22 ans. Les associations vegans quant à elles n’ont pas encore souhaité communiqué et sont actuellement en cours de réflexion sur leur stratégie de communication face à ce cas précis : est-ce que c’est bien pour la planète de laisser les chèvres se faire violer par un homme, aussi vegan soit-il ?

De leurs côté, les gens normaux doivent partir en week-end, on en saura du coup peut-être plus lundi !

Crédit photo : Le dauphiné